Les Amis du Vieux Puget

La passion du patrimoine, l'envie du Partage

Get Adobe Flash player

PUGET-VILLE

 

Le Vieux PUGET

Sa Chapelle Romane



La charte 470 du Cartulaire de l’abbaye de Saint Victor à Marseille qui date de 1060 cite trois chapelles sur le territoire de « Poeitum Tenessii » :  Sancta Maria de Descenda (ou Deixesa), Sanctus Laurentius, et Sanctus Sidonius.

La Chapelle en ruines de Saint Laurent est située près du hameau de la Ruol.

L’église Saint Sidoine était au Hameau des crottes, là où est aujourd’hui le cimetière ; il en reste le clocher construit en 1763 et l’ancien porche d’entrée qui date de 1644.

Nichée sur les contreforts des collines qui dominent la plaine, l’église Sancta Maria est constituée de trois berceaux perpendiculaires à la pente du terrain où elle s’intègre parfaitement. Elle est flanquée de deux absidioles en façade. Elle présente un curieux mélange de voutes romanes et d’arcs en ogive du gothique provençal très simple et sans fioriture, qui a complété ici les voutes de l’église primitive. L’orientation de l’autel a probablement été changée ainsi que celle de l’entrée car le moyen age provençal voulait qu’elle soit au sud, précédée par un porche.


Cet ensemble a une acoustique tout à fait remarquable. 

A droite, en entrant, se trouve un très primitif bénitier constitué par une cuve en pierre posée sur un pied de colonne grossièrement taillé. 


Au fond de la nef, à gauche une cuve baptismale en pierre brune est scellée sur un gradin de pierre.


L’église romane est certainement Sainte Marie de Descensa ( ou Deicesa), chapelle du château et église du Vieux Puget.

Agrandie en 1328 grâce à un don de  100 florins d’or du seigneur Bertrand du Puget, elle a pu être vouée à Saint Jacques à cette époque-là. Elle contenait une chapelle dédiée à Sainte Marie-Madeleine où les seigneurs du Puget ont fait mettre leur sépulture.

Elle est demeurée église paroissiale jusqu’en 1751 quand les cloches ont été descendues à Saint Sidoine et la charge transférée au Bourg des Crottes.

Les archives nous apprennent que, en 1586, la vicairie du Puget est instituée à titre perpétuel.

Elle est desservie par 6 prêtres : un vicaire, trois secondaires, un diacre et un clerc.

Les vicaires devront avoir soin de l’église, conserver les ornements, livres, cloches et reliques. Pour cela le vicaire reçoit 18 charges (28hl et 80 l ) de bon froment, 6 boutes (32hl) de vin, 70 écus d’or, une terre bladale, 2 propriétés en oliviers, une maison claustrale, la dîme de chanvre, du lin, des oignons et de l’ail récolté des Ferrières jusqu’à la Ruol.

En 1688, le chapitre de Toulon, prieur décimateur, doit fournir les ornements, prendre en charge 1/3 des réparations des églises, maisons claustrales et cimetières.

Le vicaire doit faire aumône aux pauvres en proportion de ses revenus.

En 1728, le vicaire reçois 600 livres par an, mais il doit fournir l’huile à la lampe tout l’an, les cordes au clocher, les cierges pour l’autel, du pain pour la messe et payer le prédicateur  de carême.

En 1711, l’église Saint Sidoine a été reconnue comme paroisse, mais l’église Saint Jacques reste paroisse du chef-lieu et les actes de baptême et de mariage sont toujours inscrits dans les registres. Le vicaire perpétuel y demeure.

Un prêtre et un diacre célèbrent alternativement les offices à l’église Saint Sidoine, puis le vicaire vient s’établir aux crottes et y réclame un logement. En 1747, le conseil acquiert une maison qui sera presbytère jusqu’en 1864.

En 1838, l’église Saint Jacques est restaurée et vouée au culte de Sainte Philomène prôné par le curé d’Ars à la suite de la découverte dans les catacombes de Saint Priscille à Rome des ossements d’une jeune fille martyrisée au 2ème, nommée : « Filumena, l’aimée ».Par la suite, l’on s’est aperçu que la tuile ou était inscrit ce nom était très récente et Sainte Philomène a été rayée du calendrier liturgique. Cependant, le Culte à cette Sainte qui s’était répandu en Italie et en France ainsi qu’en Allemagne est resté très vivace.

Les ex-voto qui restent dans la chapelle montrent que la sainte a écouté ceux qui la priaient avec une foi profonde et les en a récompensés.

Les Pugétois toujours fidèles, viennent deux fois par an en pèlerinage le 1er mai et le dimanche le plus proche du 11 Aout.