Les Amis du Vieux Puget

La passion du patrimoine, l'envie du Partage

Get Adobe Flash player


PUGET-VILLE

 

LE VIEUX VILLAGE



Couramment appelé Ville, puis Haute-Ville, altitude 294 m, ce « masage » a été chef-lieu de la communauté jusqu’au milieu du XVIIIème siècle.
Durant près de sept siècles, la population et les différentes familles nobles de ces lieux en ont partagé les évènements et ceux de la Provence.

Le premier écrit connu mentionne la Chapelle en 1025. Le village est ensuite clairement désigné dans la chartre 470 de l’Abbaye de Saint-Victor à Marseille rédigée en 1060. 

En 1248, Puget est compris dans la liste des biens domaniaux de Charles 1er d’Anjou.

Le Château a été vraisemblablement construit au XIVème siècle et la chapelle, trop petite, agrandie.

La population était alors répartie sur une dizaine de hameaux : Ville, Les Crottes (lieu de l’actuel village), Mas de Clappier et Mas de Fustier rattachés au village, puis Mas de Caudifère, Mas de Blanc et les Ferrières aujourd’hui en ruines.

Le territoire et la population pugétoise étaient administrés par un conseil communal.

Ce conseil de communauté aurait été créé vers 1354, date des premières délibérations.

Il était constitué de 3 consuls, 9 conseillers et plusieurs chefs de famille choisis par la population pour la bonne gestion de leur famille et de leurs biens. Il était dirigé par un bailli qui représentait le Seigneur à toutes les réunions, mais il n’avait aucun pouvoir.

Il se réunissait dans la maison dite du Saint-Esprit ; au rez-de-chaussée de cette maison se trouvait un moulin à huile.
Les élections se faisaient librement et les sortants nommaient leurs successeurs, choix soumis à la ratification de toute l’assemblée une fois par an. Le maire sortant, alors appelé consul, devenait premier conseiller.

En 1587, le Puget comptait 274 maisons, environs 1 200 habitants, dont à peu près 240 à Ville.

Ancienne rue

Les ressources ordinaires de la commune étaient la location des moulins et elle devait imposer des tailles.

La communauté disposait d’une école de plein exercice. Les gages du magister étaient de 4 florins en 1572.

Après l’invasion de 1707, le gel de 1709 et la peste de 1721, le village, très éprouvé, demanda une réduction de son affouagement.

En 1752, il n’y avait plus que 14 habitants à Ville.

En fait, dès 1604, le seigneur Jacques de Clapiers tenait conseil dans son château des crottes, et peu à peu la vie s’était installée autour.

L’église Saint-Sidoine, citée également en 1060, avait un vicaire qui y célébrait les cérémonies.

En 1737, le seigneur de ville, François de Rivière est mort.

En 1741, on a réparé l’église Saint-Jacques, mais c’est la fin des registres paroissiaux du Vieux-Puget.

En 1751, les cloches sont descendues à Saint-Sidoine et à la charge du 3ème consul de ville a été annulée.

En 1769, le chemin de Ville à Cuers a été dépavé.

                                        La source de Ville





Sources des livrets :
« Histoire de la Commune de Puget-Ville » - Dr R.GREGOIRE – 1876 Archives du Var. Supplément à la série E- Canton de Cuers-Puget-Ville. « Autrefois le Puget Théonois » - Xavier-Stéphane Blanc – 2001 Divers articles de F.M ;Eustache.